L’harmonie avec les 4 Accords Toltèques !

 

Avez-vous parfois l’impression qu’il pourrait y avoir un peu plus d’entraide dans votre vie? Que l’ambiance pourrait être moins lourde au travail ? Que vos relations pourraient être plus légères et harmonieuses avec les collègues de travail.

Revenir à soi avec l’aide des 4 accords toltèques.
Le livre de Don Miguel Ruiz Les 4 accords Toltèques* datant de 1997 constitue l’aide-mémoire par excellence pour revenir aux éléments sur lesquels nous avons du pouvoir dans nos relations au quotidien : à la maison et au travail.

1er accord – Que votre parole soit impeccable.
La parole est un outil qui peut détruire ou construire. Contrairement à ce que nous croyons souvent, les mots ont du poids : ils agissent sur la réalité. Le premier accord suggère de parler avec intégrité, de ne pas utiliser la parole contre vous ou une autre personne.

Miguel Ruiz rappelle le pouvoir du verbe sur le psychisme. Qui n’a pas gardé en mémoire une phrase blessante d’un parent ? Et ne la fait pas encore résonner une fois adulte ? Par exemple,  dites à un enfant qu’il est toujours en retard et cela le suivra toute sa vie.

Comment s’y prendre pour mettre en application le premier accord ? En cultivant la modération dans ses propos : ne pas en dire trop, ni trop vite. Et, d’après Miguel Ruiz, cela commence dans le discours que l’on se tient à soi-même. Bref, parlons peu, mais parlons vrai, en valorisant aussi nos atouts et ceux des autres.

2e accord – N’en faites pas une affaire personnelle.
Ce que les autres disent et font n’est qu’une projection de leur propre réalité. Lorsque vous êtes immunisé contre cela, vous n’êtes plus victime de souffrances inutiles. Selon Ruiz, quand une personne vous critique, elle vous parle d’elle puisqu’elle vous observe à partir de son modèle du monde, de ses critères, de ce qui est important pour elle. Les paroles et les actes de l’autre ne vous concernent pas. Vous êtes critiqué ? Ou encensé ? C’est l’image que l’autre se fait de vous, ce n’est pas vous.

Laissez à l’autre la responsabilité de sa parole en y opposant un silence pour qu’elle entende ce qu’elle dit. Quels que soient les évènements, n’en faites pas une affaire personnelle. Mettez-vous en position d’observateur.

De même, les événements qui surviennent ne sont pas toujours des réponses à votre comportement. Selon Miguel Ruiz, « nous devons sortir de cet égocentrisme qui nous fait croire que tout ce qui arrive autour de nous est une conséquence de notre attitude. Le « moi » nous maintient dans l’illusion. Donc dans la souffrance. »

3e accord : Ne faites aucune supposition.
Le troisième accord est sans doute le plus puissant car forte est la tentation de faire des suppositions sur ce que les autres personnes pensent , sur ce qui les fait agir ou réagir.

Cela est très humain de supposer, d’élaborer des hypothèses et de finir par y croire. Un collègue ne vous a pas dit bonjour ce matin, et vous vous imaginez qu’il vous en veut parce que vous n’étiez pas d’accord avec son idée à la dernière réunion.

Comment s’y prendre ? Il s’agit de prendre conscience que vos suppositions sont des créations de votre pensée. Selon Miguel Ruiz, c’est un « poison émotionnel ». Pour s’en libérer, il propose d’apprendre à demander des explications. Bien sûr, cela implique d’être capable d’entendre la réponse.

4e : Faites toujours de votre mieux, ni plus, ni moins.
La seule chose à laquelle vous pouvez vous engager est de faire de votre mieux. Lorsque vous en faites trop, vous vous videz de votre énergie et vous finissez par agir contre vous. Lorsque vous en faites moins, vous vous exposez à l’autocritique, à la culpabilité et au regret de ne pas en avoir fait plus.  Le but est de trouver le juste équilibre.

Comment s’y prendre ? Faites ce qui vous semble juste. Prenez le temps de vous questionner sur ce qui serait LA prochaine action à faire. Avancez pas à pas, faites une action à la fois. Pour Miguel Ruiz, le pire piège est la course à la perfection. L’un des moyens d’éviter ce travers est de remplacer vos « Il faut que je fasse ceci ou cela » par des « je vais faire cette action dans le plaisir. »

Miguel Ruiz suggère de prendre l’habitude d’avoir la discipline du guerrier Toltèque qui garde l’attention sur lui-même : ses pensées, ses paroles et ses actions. C’est ainsi que vous pourrez mettre en pratique les 4 accords un jour à la fois.

Article par Natalia Théoret, Coach. Formatrice Mieux-être au travail.

——————————————————————————————————————————-

*Les Toltèques vivaient il y a plusieurs milliers d’années dans le Sud du Mexique. Ils étaient les gardiens de la connaissance spirituelle et détenaient une position sacrée dans la société, comme les Lamas du Tibet.

Les quatre accords Toltèques, la voie de la liberté personnelle, Don Miguel Ruiz, Jouvence Poches

 

2 Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *